Tobé, quand nature et sacré se marient ! Partie I

Les ressources naturelles subissent diverses pressions de la part de l’homme qui en dépend énormément pour nombreux besoins : alimentation, soins, loisir et cultes, habillement, construction des meubles, etc. A Koko, un petit arrondissement de la Commune de Bantè au Bénin (Afrique de l’Ouest), la forêt communautaire de Tobé (350ha) qui n’échappe pas à ces pressions bénéficie de l’attention de la Fondation Tobé.  Lisez l’histoire autour de la forêt Tobé et la fondation Tobé. 

Mont Tobé
Mont sacré Tobé, © EYE 2018

Toute ressource a une histoire qui fait sa spécificité.  Tobé est votre forêt, ma forêt, NOTRE forêt qui a également son histoire. Elle est aussi palpitante que je vous invite à la découvrir.

Tobé à ses origines 

A l’origine, Tobé était un village de Koko ou existait un mont, le mont Tobé.  Ce mont prévenait les habitants du village de l’attaque des ennemis et les protégeait contre ces derniers. Abandonnés suite à sa conquête lors d’une des guerres de peuplement du Bénin par les populations de Koko aux environs des années 1700, les arbres et autres ressources du village évolueront pour donner un grand écosystème forestier très riche et diversifié. Le domaine sera octroyé aux « Hollis » plus tard sous un système de fermage dans lequel les « Hollis » cultivaient sur le site et plantaient en retour du palmier à huile aux propriétaires terriens. Une dégradation de la forêt naturelle à Tobé a débuté et il fallait l’arrivée de la sauveuse.

L’intervention salvatrice de Mme Karin et de sa fondation

C’est donc au juste moment où cette forêt avait besoin d’être sauvée qu’arriva Mme Karin OSTERTAG en 1984 à Koko pour commencer les activités de sa protection. Elle créa plus tard en 1996 la fondation « Aide à l’Autonomie Tobé/bénin » qui est une organisation non gouvernementale intervenant au Bénin dans les secteurs de l’éducation , de l’économie et de l’environnement. Protection de forêts, création de jardins botaniques, apiculture et éducation environnementale sont ses principales activités au niveau du domaine environnemental. Cette ONG combine plusieurs stratégies dont l’usage du sacré pour atteindre son objectif de préservation des ressources de la forêt Tobé.
À bientôt sur Merveille Nature pour la partie II !

O. Mathias EYE

Publicités

4 commentaires sur « Tobé, quand nature et sacré se marient ! Partie I »

  1. La gestion durable des ressources naturelles doit impliquer la communauté locale et le respect de leur culture. lorsqu’on associe les savoirs endogènes à la gestion des forêts ça produit inévitablement un bon résultats car les ancêtres étaient natifs de ces forêts et connaissent le fonctionnenment de ces écosystème.

    je pense que la forêt de Tobé représente un bon modèle de gestion de foresterie communautaire qui pourra inspiré les pays tropicaux dans la gestion durable de leurs ressoures naturelles

    Aimé par 1 personne

    1. Cher Monsieur PADONOU, merci pour le compliment et votre intérêt à Merveille Nature.
      Faites votre programme et faites un tour à Koko (Bantè) où la riche forêt de Tobé et ses « dieux » protecteurs vous réservent un accueil chaleureux et plein de choses à découvrir et en plus un miel 🍯 de qualité nature de quoi dire à vos proches une fois de retour chez vous : “J’ai été à Tobé”

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s